SaFollow, le réseau social alternatif

[Sociolution] SaFollow, le réseau social alternatif

Format de publication trop contraignant, algorithme qui met en avant les contenus de manière trop aléatoire parmi les comptes suivis ou encore modération trop longue et trop partiale, qui statue parfois à l’encontre de l’application de la loi, trouver un réseau social « safe » peut vite se transformer en parcours du combattant et la tâche est d’autant plus ardue pour les minorités et les personnes qui militent.

Face à l’évidence et aux risques de voir certaines plateformes rachetées par des personnes qui prétendent que la liberté d’expression doit être un droit absolu et ne se heurter à aucune loi ni souffrir la moindre censure, en fermant sciemment les yeux sur la censure que ça entraîne des populations déjà opprimées, il fallait une solution et même une Sociolution.

Main dans la main avec Multi Scope Studio, nous avons choisi de bâtir ensemble SaFollow, le réseau social alternatif.
Faisons, ensemble, le tour du chantier.

En premier lieu, pourquoi cette coopération ?

SaFollow était, à l’origine, un projet Multi Scope Studio, une société présidée par la même personne que notre association.
De fait, le projet appartenait au privé et nous trouvions que cela ne faisait pas sens, pas quand on veut combattre ce que l’on peut dénoncer par ailleurs, notamment le fait que des outils qui pourraient appartenir au collectif soient toujours privés ou privatisés.

Pourquoi ne pas avoir alors décidé de reprendre totalement le projet sous la coupe de l’association ?
Nous ne nous en cachons pas : pour des raisons purement comptables.
SaFollow proposera une régie publicitaire et plusieurs services payants aux entreprises.
Si ces services contribuent effectivement aux projets de l’association, ils pourraient néanmoins remettre en question la perception de l’aspect non lucratif de notre fonctionnement.

Cette coopération nous permet donc d’avoir les avantages de chaque forme sans les inconvénients.
Multi Scope Studio facturera les services payants et reversera la moitié du chiffre d’affaires à l’association qui pourra alimenter ses projets avec et l’association (membres compris, donc) aura un droit de regard sur les fonctionnalités et la gestion de la plateforme.

Et si vous vous demandez où ira l’autre moitié du chiffre d’affaires, sachez qu’il se partagera entre une petite rente pour les personnes qui auront aidé au financement du projet et des créations de postes chez Multi Scope Studio qui emploiera en priorité des personnes précaires et/ou issues des minorités, notamment les moins « employables », conformément à une convention que nous avons ensemble.

Ce point étant éclairci, faisons un tour du chantier !

SaFollow : à quoi va ressembler ce réseau social alternatif ?

Avant toute chose, sachez que tout au long de son développement, le prototype du site sera visible par ici : https://safollow.me/accueil.

Evidemment la mise en page va bouger, les fonctionnalités vont évoluer, on va tester et tester encore et encore, d’abord en interne en alpha puis avec des membres de l’association, en beta (l’occasion de vous rappeler que si vous voulez adhérer, ça coûte entre 1 et 10 euros par mois et c’est par ici : https://sociolution.org/compte-dadherent/niveaux-dadhesion/).

SaFollow : une pluralité de formats de publication

Vous aimez Twitter pour son format court, mais vous en avez marre de passer par un outil externe pour découper vos publications en thread ?
SaFollow coupe tout seul comme un grand vos contenus.

Vous regrettez de ne pas pouvoir faire des publications longues comme sur FaceBook ?
Bonne nouvelle, vous pourrez produire du contenu long.

Vous aimez publier des contenus en les mettant en page et en annexant des sources ?
Nous aussi ! Du coup SaFollow contiendra aussi un éditeur de texte pour les formats longs et un système d’ajout de liens pour vous permettre de documenter vos écrits, avec une génération automatique des notes de bas de page !

Et en parlant de documentation… Si vous aussi vous en avez marre de vous répéter sur un sujet parce que les gens posent toujours les mêmes questions, sachez que SaFollow aura un système d’aiguillage natif !
En tapant [sujet] dans vos brèves ou publications classiques, un lien sera automatiquement créé vers la page documentant le sujet en question.
La documentation sera réalisée collectivement.

Et enfin, les publications sont multi-référencées !
Vous publiez un média ?
Une brève est automatiquement créée pour le signaler et votre média est ajouté dans la médiathèque.
Vous signalez un événement ?
Il figure dans l’agenda et une brève est automatiquement générée pour avertir le public.
Vous aimez les jeux vidéos mais pas le foot ?
Les brèves sur les loisirs ont des sous-catégories que vous pouvez filtrer.
Parce que sur SaFollow, on veut que vous puissiez voir ce qui vous intéresse vraiment !

Un réseau social qui permet de mieux voir le contenu

Parce que c’est bien beau que tout le monde soit sur la même plateforme ou presque, mais la limite est rapidement atteinte : comment on fait pour que tout le monde voit le contenu ?

Appel au « like », valorisation de certaines réactions, partage… Les pseudos solutions se multiplient sans pour autant résoudre réellement le problème.

Chez SaFollow, on essaie donc de trouver la solution la plus pertinente.
Cela passe, d’un côté, par le système de filtres susmentionné, pour que vous puissiez voir uniquement certaines typologies de brèves, par exemple uniquement les brèves militantes.

Par défaut, la plateforme vous proposera les brèves dans leur ordre chronologique de publication.
Pour ne plus qu’une brève apparaisse dans le fil, il faut et il suffit de la marquer « lue ».
Si vous l’avez lue et que vous voulez la conserver et savoir si elle reçoit des réponses, il suffit de la marquer « suivie » à la place.

De cette façon, par défaut, vous pouvez voir chaque jour les contenus publiés depuis votre dernier passage.

Trop de brèves en retard et vous ne voulez pas tout rattraper ?
On vous proposera une classification « en retard » qui écartera les brèves pas encore lues, datant d’un certain nombre d’heures (choisi par vos soins) et les rangera dans un signet spécial.

Vous avez aimé et/ou commenté un contenu ?
Une brève automatiquement le signale.
Cette brève n’apparaitra qu’aux gens n’ayant pas encore lu le contenu en question ou en ont activé le suivi.
Cette technique permet de remettre en avant le contenu pour les yeux auxquels ça aurait échappés.

Le partage fonctionne sur le même principe de brève automatique, la différence entre les deux solutions étant la portée de la brève automatique : aimer l’annonce à vos mutus, partager diffuse à l’ensemble de vos followers.

Parce que sur SaFollow, vous pouvez aussi choisir auprès de qui vous diffusez vos contenus (tout le monde, vos followers seulement, vos mutus seulement) et de qui vous avez envie de voir le contenu à un moment donné.

Mieux voir le contenu c’est aussi choisir ce qu’on ne veut pas voir, dans l’instant ou durablement.
Sur les réseaux sociaux classiques, le Trigger Warning est un petit animal souvent abandonné au bord de l’autoroute de l’information et il ne protège pas de la diffusion d’images, surtout quand on scroll en remontant un fil.
Sur SaFollow, on utilise un système tout simple : s’il y a un TW, par défaut il n’y a que l’alerte qui apparaît et vous devez cliquer pour voir.
Et, « magie, magie », si vous avez décidé de masquer un ou plusieurs TW, ça ne s’affichera pas dans votre TL (pas même si les gens que vous suivez y réagissent).

Et après les TW, il reste la question des contenus problématiques…

SaFollow : pour le Safe Follow, il faut surtout un cadre sécurisant…

Et pour un cadre sécurisant, il faut pouvoir écarter de notre chemin ce que l’on prend pour une menace.
Ainsi, comme sur tous les réseaux sociaux, SaFollow propose un système de blocage.
Pas comme sur les réseaux sociaux, on vous propose d’ajouter une note pour vous rappeler pourquoi vous avez bloqué quelqu’un (on a toustes vécu ce moment de doute).
Toujours pas comme sur les réseaux sociaux, on vous propose aussi, en un seul clic, de bloquer en chaîne un compte, avec un motif, de façon à ce que si un follower ou un mutu s’apprêtait à suivre une personne que vous bloquez en chaîne un message comme « suivre cette personne entraînera votre blocage automatique par un ou plusieurs comptes que vous suivez actuellement » + les motifs de blocage.

Après, c’est bien beau de pouvoir bloquer du monde, malheureusement on sait que des gens ne vont pas se gêner pour créer de nouveaux comptes pour tenter de harceler.
Sur SaFollow, il y a donc un bouclier de compte.
Il s’agit d’un outil qui permet de basculer votre compte en mode protégé, où les seules mentions tolérées sont celles issues de vos mutus, toutes les autres déclenchant un système de filtrage qui peut être co administré par un ou plusieurs mutus que vous aurez désignés.
Il sera toujours possible à quiconque de signaler vos contenus, mais pas de procéder à, par exemple, du dogpiling.
Pratique pour les personnes qui militent en ligne et sont régulièrement confrontées à des individus peu scrupuleux.

Encore plus pratique ?
Si vous prenez une attaque alors que vous n’êtes pas sur SaFollow, le bouclier peut être enclenché autrement : par vos mutus si au moins 3 voient le danger venir et demandent la mise en sécurité pour vous, ou sur des critères que vous aurez vous-même choisis (par exemple, un nombre démesuré de mentions).

Et ensuite ?
Le bouclier devra être retiré par vos soins et pourra l’être sur des critères automatiques si vous le souhaitez (par exemple, une fois toutes les mentions bloquées traitées).

Et tout ce qui aura fait l’objet d’un signalement (le harcèlement, des messages, etc) passera devant le « tribunal digital ».

La modération coopérative sur SaFollow

Le défaut des systèmes de modération sur les réseaux sociaux actuels, c’est leur incohérence.
Entre la modération par algorithme claqué au sol et la partialité de certains membres des équipes de modération, on voit trop souvent des artistes et/ou militant.e.s blamé.e.s pour trop peu de propos problématiques supprimés.

Pour SaFollow, on a voulu trouver une solution qui puisse convenir au plus grand nombre.
On a donc décidé de créer une modération qui devra se plier à 3 règles :

  1. Quoi qu’il arrive, on applique un principe de précaution : contenu signalé = contenu temporairement suspendu
  2. La modération est collégiale et relativement rapide : elle doit avoir lieu dans les 6h et requiert 100 votes (l’atteinte de l’un des deux critères suffit)
  3. Elle doit être assurée en priorité par des personnes concernées et être rendue sur une présentation neutre : on statue sur la base du message signalé et de la discussion dans laquelle il s’inscrit, sans connaissance des pseudonymes des personnes impliquées, les mutus des personnes impliquées (signalante / signalée) ne peuvent pas voter, les followers ont une voix simple, les non followers une voix double, les personnes concernées par le sujet ont une voix triple.
    Par exemple, si j’accuse une personne d’avoir publié une brève au contenu transphobe, mes mutus et ses mutus ne pourront pas voter, nos followers auront une voix simple, les gens qui ne nous suivent pas auront une voix double et la voix des personnes qui sont trans sera triple.

Les votes sont anonymes.
Les utilisateurices peuvent définir dans leur profil leur genre, si iels sont cis ou trans, si iels sont racisé.e.s, croyant.e.s, etc, tout en choisissant de rendre l’information publique ou pas.
Les motifs de signalement seront étoffés dans le temps et par défaut, la mention « autre » est disponible et permet d’apporter des précisions.

Chaque signalement donne lieu à argumentation : chaque partie pourra présenter des arguments à charge ou à décharge.

Lors du vote, les modérateurices pourront choisir, en cas de confirmation du signalement et d’appel à sanction, d’indiquer des éléments complémentaires, par exemple pour préciser si un cas d’insulte est avéré, mais qu’il s’inscrit en réponse à une attaque; le cas échéant, si le vote aboutit, l’attaque sera identifiée et soumise également à modération.
Ceci est une réponse au cas où serait signalée une brève insultante ou menaçante émanant d’une personne qui subit un raid, des provocations, brefs, des attaques.

Bon et les sanctions dans tout ça ?

Sur SaFollow, chaque utilisateurice dispose d’une jauge de confiance.
Et comme on est optimistes, à la base elle est pleine.
Mal se comporter entraîne une baisse de la jauge de confiance.
Passé un premier seuil, il n’est plus possible de publier, seulement de réagir.
Si le mauvais cap est maintenu, il n’est plus possible de réagir, seulement de venir consulter des contenus.
Et s’il y a persistance, le compte est suspendu un certain nombre de jours (une subtilité est évoquée plus tard dans cet article).

Chaque fois qu’un contenu est modéré, le motif de signalement s’accompagne d’une peine suggérée pour la personne ayant commis la faute.
Les modérateurices peuvent choisir de plaider cette peine ou de l’alourdir / de l’alléger.

Lorsque la peine est appliquée, les personnes qui ont contribué (en aimant ou partageant le contenu problématique) reçoivent aussi une sanction par suppression de points de confiance.

Si les points sont à 0, alors le compte écope d’une suspension.
S’il s’agit d’une récidive, le nombre de points perdus est augmenté, le nombre de jours de suspension, également.

Aussi, si Karen publie un propos raciste et que 5 personnes la relaient, Karen pourrait perdre 25 points de confiance et ses relais 10 points chacun.
Si Jean-Mimi chieur fait la même chose, en ayant déjà fait l’objet d’une sanction pour des contenus problématiques dans les 6 mois précédant celui signalé, il pourrait perdre jusqu’à 50 points d’un coup.

S’ils sont à court de points, une suspension de 3 jours pourra s’imposer et être portée à 9 jours si on parle de récidive.

Et vous allez dire « ouais mais 3 jours c’est rien ».
C’est peu et ça se veut dissuasif, surtout qu’on parle de 3 jours « actifs », c’est à faire qu’il faudra pointer sur le site et pas bêtement attendre 3 jours en s’occupant autrement à côté.

Quid des comptes multiples ?

Comme sur SaFollow on vous propose une solution qui centralise les comptes persos / pros / d’organisation sur un seul et même profil, il n’y a, en effet, aucune bonne raison de créer des comptes multiples.
Cependant, nous ne voulons pas devoir enregistrer des données personnelles par défaut (l’inscription ne requiert pas de numéro de téléphone, on ne demande pas de copie de carte d’identité, etc) et la collecte des adresses IP, quand bien même elle serait autorisée par les utilisateurices, serait facilement contournable.
Nous comptons, pour l’instant, pouvoir signaler des comptes se présentant comme « compte de secours de… ».
Si cette mesure est insuffisante, nous étudierons la possibilité de faire commencer un compte utilisateurice avec un indice de confiance de 50% seulement, sauf si la personne certifie son compte (auquel cas, son identifiée est vérifiée).

Dans l’ensemble, nous voulons pouvoir garantir le pseudonymat du mieux possible et faire respecter le droit aussi bien que faire se peut.

Toutes les décisions prises peuvent faire l’objet d’un recours, qu’on parle d’un simple signalement à une mesure de suspension.
Dans ce cas, la question sera étudiée par un collège de 12 personnes, comprenant, a minima pour moitié, des personnes concernées si la question s’y prête.

Et pour aller encore plus loin…

L’article étant déjà bien long, on ne peut pas fournir une liste exhaustive de toutes les fonctionnalités de ce réseau social alternatif en devenir.

Mais pour vous donner une ébauche, SaFollow c’est aussi un réseau qui pardonne, puisque chaque actif est une occasion de regagner 1 point sur son indice de confiance.
C’est aussi une plateforme où l’on pourra vendre, où le NSFW aura son emplacement dédié, où les actions militantes (manifestations, maraudes, événements caritatifs) auront une visibilité et des outils à disposition et où on pourra organiser des cagnottes et lever des fonds pour des projets.

L’idée c’est que vous puissiez continuer à faire ailleurs les choses et les partager sur SaFollow ou les organiser sur SaFollow si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas le faire ailleurs.

C’est aussi un système où la coopération s’effectue aussi en votre faveur si vous êtes victime.
Que l’on parle de messages non sollicités (la messagerie aura aussi des fonctionnalités limitant le côté invasif, qui peut DM, quelle quantité de DM non lus, la fermeture auto des DM si on passe un seuil et des messages chiffrés pour n’être lus que par vous et votre interlocuteurice) ou de harcèlement, nous nous tiendrons à vos côtés pour faire valoir vos droits.

Si le projet vous intéresse, n’hésitez pas à vous abonner gratuitement au blog (voir dans la barre de droite pour ce faire) et à suivre le prototype sur https://safollow.me/accueil !
Si vous souhaitez en soutenir financièrement la création, vous pouvez contribuer (en indiquant vos données de contact si vous souhaitez qu’on associe le montant à votre compte SaFollow à la sortie de la plateforme) :

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire ou sur Twitter @SociolutionOrg, nous y répondrons dans une F.A.Q autour du projet et quelques articles prévus pour vous présenter de manière plus avancée les fonctionnalités de la plateforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *